Vie monastique

En cette fête de saint Benoît, ce chapitre nous rappelle une exigence capitale de la vie du moine : le renoncement et le détachement. En nous engageant à suivre le Christ pauvre, obéissant et totalement donné, nous mettons en lui tout notre amour. Nous lui accordons la première place, toute la place, ce qui suppose le renoncement à toute propriété matérielle comme à sa propre volonté. ...

Si ce chapitre traite de l’excommunication, il traite aussi, et peut être davantage, de l’abbé. Celui-ci est considéré sous deux aspects : le médecin et le pasteur. Dans les deux cas, son modèle, c’est le Christ. L’abbé déploiera tous ses efforts pour ramener le frère coupable à la sagesse. La charité et la prière sont les remèdes les plus efficaces pour gagner le frère en dérive. ...

Quand saint Benoît parle de la discipline du chant – c’est du moins le titre qui est donné à ce chapitre – il ne se place pas tant du point de vue technique que du point de vue de l’attitude intérieure que nous devons avoir à l’office. Cependant, l’aspect technique n’est pas à négliger. Il concerne d’abord toute la préparation des offices ainsi que notre attention au chant lui-même ...

L’idée maîtresse de ce chapitre est que le temps ne nous appartient pas. Il appartient à Dieu qui nous le donne pour que nous en fassions un bon usage. C’est pourquoi la journée est jalonnée par les offices qui sont l’occasion de célébrer la grandeur de Dieu et son amour qui nous entoure et nous protège à tout moment de notre existence, de jour comme de nuit. ...

‘’La Pâque hebdomadaire des chrétiens’’. «Après la Pentecôte, l’année liturgique entre dans le temps ordinaire, qui correspond au cours de l’année hors des temps privilégiés de l’Avent et de Noël, du Carême et du temps pascal. Les solennités de la Sainte Trinité et du Saint-Sacrement précèdent le retour des dimanches du temps ordinaire, en latin per annum. Il ne faut pas y  voir pour autant que ces dimanches seraient ordinaires car, en liturgie, il n’y a pas de dimanche ordinaire...

Quand nous entrons au monastère, nous nous inscrivons dans une tradition. Nous n’arrivons pas pour tout changer parce que nous estimons dépassé ce que nous trouvons. Il y aura sans doute, avec le temps, des choses à changer, à corriger. Mais il y a aussi une tradition de sagesse devant laquelle nous pouvons rester modestes et qui peut nous aider ...

Après avoir donné, dans son Prologue, les grandes orientations de la vie monastique, saint Benoît commence maintenant à entrer dans le détail : il évoque ici le cénobitisme, c'est-à-dire la vie en communauté, puis l’érémitisme, la vie solitaire, qui ne peut être vécue qu’après les épreuves d’une longue probation en vie commune...

Dans tout monastère qui suit la Règle bénédictine, on trouve une salle appelée « salle du Chapitre ». C’est une des salles les plus importantes des monastères. Elle sert d’abord à la réunion quotidienne de toute la communauté pour entendre un passage, ou un chapitre, de la Règle, d’où son nom de « salle du Chapitre ». Elle est aussi utilisée ...