« Seigneur, ouvre mes lèvres et ma bouche annoncera ta louange »

(Règle de St Benoît 9, 1 citant le psaume 50, 1 7)

 

Chaque matin, à 7 heures, ce verset ouvre la célébration des Laudes. Ce sont les premiers mots qui rompent le grand silence de la nuit. La journée est scandée par diverses célébrations : les Laudes, l’office du matin ; l’Eucharistie en milieu de journée ; les Vêpres en fin d’après-midi et les Complies à la fin de la journée.

 

« On ne préférera rien à l’œuvre de Dieu « 

(Règle de St Benoît 43,3)

La liturgie communautaire s’appuie sur le chant des psaumes. Ils sont une école de prière. La psalmodie est alternée entre deux chœurs : la moitié de la communauté chantant pendant que l’autre écoute. Cette psalmodie alternée commande la disposition des stalles à l’oratoire ou à l’église.

 

 

« S’appliquer fréquemment à la prière « 

(Règle de St Benoît 4, 56)

 

Cette prière communautaire s’épanouit et prend sa source dans la prière personnelle, où le moine trouve les forces nécessaires à la vie commune, au pardon, au dépassement, à la conversion, à l’humilité ; il y fait monter le cri de l’humanité.

 

« Entendre volontiers les saintes Écritures « 

(Règle de St Benoît 4, 55) couleur

 

Dans le silence de la cellule, chaque jour, le moine pratique la « lectio divina ». Cette lecture priée de la Bible est traditionnelle dans l’Église depuis les premiers siècles, particulièrement dans les monastères.