Homélies

Le texte du Notre Père que donne St Luc est plus court que celui que donne St Matthieu. Il n’y a ni la 3eme demande : « Que ta Volonté soit faite sur la terre comme au ciel », ni la dernière : « Délivrez-nous du mal ». Le texte de saint Matthieu est devenu très tôt le texte liturgique officiel et semble nous donner la formule primitive. Celui de saint Luc serait comme une condensation du premier. ...

Aujourd’hui nous voulons chanter avec le psaume : « Nous avons reçu ta miséricorde au milieu de ta Maison ». La tradition sacrée de l’hospitalité s’accomplit dans l’accueil de Dieu au plus concret de l’accueil humain. Abraham accueille un mystérieux voyageur dont la Parole exauce son plus ardent désir en lui annonçant une naissance...

Saint Benoît dans nous célébrons aujourd'hui la solennité, nous propose un chemin de vie qui mène au bonheur. Son témoignage a traversé les siècles et demeure actuel. Son invitation à suivre le Seigneur et à ne rien préférer à son amour s'inspire de la Parole de Dieu elle-même. La Règle qu'il nous a laissé est le reflet de sa vie. Elle se réfère constamment à l'Ecriture. Elle fait écho à l'appel de Dieu adressé à qui veut vivre pleinement, en lui proposant les moyens d'y répondre. ...

« Va, et toi aussi, fais de même » : C’est la finale de l’Évangile que nous venons d’entendre. Un Évangile très connu qu’on appelle non sans raison « l’Évangile du Bon Samaritain. » A cause de la belle parabole que Jésus emploie pour faire passer son message de salut qui consiste « l’amour de Dieu par dessus tout et celui du prochain. » Car il ne suffit pas seulement    de connaître les règles de la loi, il faut aussi les vivre. ...

Ses disciples que Jésus envoie en mission, qui sont-ils aujourd’hui ? C’est nous tous, c’est tout le peuple de Dieu, les prêtres, les religieux, les religieuses, tous les fidèles et notre place à chacun est nominative. Jésus appelle chacune et chacun par son nom, là où nous sommes, nous devons rayonner l’amour de Dieu, nous devons annoncer le royaume a nos frères, à notre voisin, dans notre quartier, au travail, non pas seulement en paroles mais en actes, simplement en vérité. ...

L'église célèbre aujourd'hui en une même fête le martyre de Pierre et celui de Paul. Elle affirme ainsi que, malgré leurs différences et parfois même certains affrontements, ils ont répondu à un même appel, annoncé le même évangile et confessé le même Seigneur jusqu'à donner leur vie pour lui. La comparaison de leur parcours et même de leur activité apostolique met en lumière plusieurs différences. Mais celles-ci sont normales car elles démontrent la liberté du choix de Dieu. Pierre est l'un des tout premiers disciples de Jésus alors que Paul ne fait pas partie des Douze. Il a été appelé bien après la Pentecôte et il se considère comme le dernier de tous. ...

Chacun de nous « s’il prête l’oreille de son cœur » – comme nous y invite St Benoît dans sa Règle – entend l’appel de Dieu. Comment le discerner et y répondre en liberté et responsabilité ? C’est le chemin que nous trace la Parole de Dieu aujourd’hui. Dans le sillage de la fête du Sacré-cœur qui nous a fait méditer l’amour fou de Dieu pour chacun de nous, nous accueillons Jésus. Car « ce n’est pas nous qui avons aimé Dieu, mais c’est lui qui nous a aimé en premier » et qui nous appelle. ...

Au début de notre célébration, nous avons fait le signe de la croix, en disant « au Nom du Père, du Fils et du Saint Esprit ». Et tout à l’heure, après cette homélie nous dirons à nouveau : « Je crois en un seul Dieu : Père, Fils et Saint Esprit. » Ce sont les termes de notre Profession de foi en ce Dieu Trinité – un terme qui n’existe que dans notre religion. Au terme du Temps pascal que nous avons célébré dimanche dernier...

La fête de la Pentecôte célèbre l’accomplissement du mystère pascal. Ce cinquantième jour est le couronnement du temps pascal. A Pâques, nous proclamons la victoire du Christ sur la mort et le péché. A la Pentecôte, nous accueillons dans la joie le don de l’Esprit Saint en plénitude accordé à toute la terre. Pâques et Pentecôte sont les deux faces d’un meme acte sauveur...

Ecoutez bien cette parole d’un prêtre orthodoxe, le Père Dimitry Stalinoae : « Tant que je ne suis pas aimé, je reste incompréhensible à moi-même ». Cela veut dire que l’Amour donne naissance, l’amour fait vivre, crée une relation, crée l’unité entre les personnes : « Que tous soient Un, comme Toi, Père, tu en en moi et moi en toi ». Il n’y a pas de paroles plus fortes, plus créatrices de vie au monde. Cette unité entre le Père et le Fils est ouverte à tous ceux qui croient en Jésus, à tous ceux qui ont tant besoin d’aimer et d’être aimés. ...

Dans les premiers temps de l'église, la mémoire de l'Ascension était évoquée au terme de la cinquantaine pascale. On célébrait en ce même dimanche l'entrée du Seigneur Jésus dans la gloire du Père et l’effusion de son Esprit. Puis, pour mieux approfondir la richesse du mystère pascal, la liturgie a distingué au quarantième jour la célébration de l'Ascension....